Des arnaques utilisent déjà Libra, la future monnaie virtuelle de Facebook, avant même son lancement

Facebook a annoncé il y a quelques semaines, le lancement prochain de sa propre monnaie virtuelle. L’annonce n’a pas plu à tout le monde, Donald Trump en tête. Le G7 s’est également récemment alarmé de ce que pourrait impliquer une telle concentration de pouvoir entre les mains de Facebook. Avant même son lancement, la monnaie est donc très critiquée et de récentes arnaques ne vont sans doute pas améliorer son image.

Une arnaque facile à mettre en place

L’arnaque qu’a inspirée la Libra de Facebook est très simple à mettre en place. Alors que le lancement officiel de la monnaie n’est pas prévu avant 2020, certains sites Internet et certaines pages Facebook proposent déjà d’en acheter. Tout cela a des allures très officielles et propose de payer par carte bancaire ou en Bitcoin.

Les arnaqueurs n’ont donc même pas besoin de pirater Facebook et c’est le consommateur qui va lui-même envoyer ses informations et son argent. Bien sûr, le réseau social a réagi en supprimant le plus de pages possible, mais elles sont très nombreuses et beaucoup de sites ne sont pas hébergés par Facebook. Il a donc fallu alerter massivement les internautes pour éviter qu’ils ne tombent dans le piège.

Une mauvaise publicité pour la Libra

Dès l’annonce de son lancement, la Libra a provoqué de vives réactions. Les gouvernements du monde entier s’inquiètent de voir un outil aussi puissant qu’une monnaie tomber entre les mains d’un géant privé du numérique. Si la Libra devenait une monnaie suffisamment importante, Facebook pourrait influencer l’économie et la politique du monde entier.

En plus, les cryptomonnaies et leur instabilité continuent d’inquiéter les économistes qui jugent que le marché n’est pas encore prêt pour cette évolution. Même si la Libra sera contrôlée par une centaine d’entreprises privées pour lui assurer une meilleure stabilité, les spécialistes sont inquiets. Cette récente arnaque, même si elle ne remet pas en cause la qualité de la monnaie en elle-même rajoute un poids symbolique aux arguments de ses détracteurs.

D’autres entreprises vont-elles lancer leurs cryptomonnaies ?

À l’origine, le Bitcoin, la première des cryptomonnaies, avait pour objectif de proposer une monnaie totalement décentralisée et contrôlée par aucune institution en particulier. Cela avait pour objectif d’offrir un parfait anonymat aux utilisateurs et d’éviter la création d’un contrôle financier comme celui des banques.

Le problème, c’est que cela entraîne une forte instabilité de la monnaie en question. Résultat, les cryptomonnaies mieux contrôlées sont plus stables et semblent désormais être l’avenir du genre. Il y a donc fort à parier que si la Libra parvient à tirer son épingle du jeu, elle sera rapidement imitée par de nombreuses autres entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *