Espagne : les loot boxes sont considérées comme des casinos en ligne

Loot boxes

La nouvelle vient de tomber en Espagne. Suite à de longues délibérations, les loot boxes sont désormais considérées comme des jeux de hasard. Tout comme en Belgique, ces coffres à surprises payants dans les jeux vidéo auront la même réglementation que les casinos en ligne. Depuis un certain temps, ces coffres à butin sont en effet un sujet brûlant qui attire les médias.

Les loot boxes payantes

D’après l’agence EEE, le directeur général de la réglementation des jeux, Mikel Arana, vient d’annoncer que le gouvernement considère les loot boxes comme des casinos en ligne. L’industrie des jeux en ligne, qui rencontre actuellement un franc succès dans le monde entier, est d’ailleurs soumise à certaines réglementations. Les internautes ont aujourd’hui accès à de nombreuses plateformes de jeux d’argent comme le casino en ligne Royal Vegas.

De nombreuses études ont affirmé que certains jeux vidéos s’appuient sur les mêmes stratégies mises en œuvre par les casinos en ligne ou par les machines à sous. Cette similitude avec les jeux d’argent serait scrupuleusement dissimulée dans certains jeux vidéo pour faire l’impasse sur les réglementations. Après avoir été interdites en Belgique, c’est au tour de l’Espagne de revoir les réglementations autour des loot boxes qui sont en plein essor.

Les loot boxes devront désormais se conformer à quelques réglementations assimilées aux jeux d’argent. L’interdiction de faire des publicités dans certains espaces publicitaires ou demander une preuve d’âge seront des impératifs pour avoir accès à ces loot boxes. L’objectif est de réguler l’accès à ces boîtes à butin, afin de mieux protéger les mineurs.

La protection des consommateurs

L’objectif des députés européens est de protéger les consommateurs. L’Union européenne tente de mieux encadrer les jeux vidéos qui demandent aux internautes de l’argent pour évoluer avec les meilleurs avatars dans le jeu. Les jeunes utilisateurs, qui sont en quête de récompenses virtuelles sur leurs jeux vidéo préférés, sont les proies les plus faciles. L’Europe envisage de freiner le développement des loot boxes, qui peuvent notamment pousser les mineurs à jouer plus longtemps ou à dépenser plus d’argent que prévu.

Cette problématique, qui concerne la protection des consommateurs, est prise très au sérieux par les députés européens. D’après des sondages menés auprès des joueurs, certains d’entre eux dépensent des sommes importantes pour évoluer dans un jeu. Concernant une étude sur les enfants, ils seraient 76 % parmi les 6-15 ans à passer du temps devant les jeux vidéo en Europe. Environ 36 % des mineurs dépenserait de l’argent pour avancer dans les jeux vidéo.

Un logo spécial « achats intégrés »

A titre informatif, la PEGI impose depuis deux ans le logo « achats intégrés » pour les jeux vidéo, qui proposent d’acheter des biens virtuels en échange de sommes d’argent bien réelles. Ce logo, qui existe depuis 2018, sera désormais accompagné de la mention intitulée « éléments aléatoires payants ».

Cette signalétique, tant attendue par un grand nombre de parents inquiets pour leurs enfants, pourra notamment permettre de mieux suivre les achats « physiques » effectués en ligne. Certains parents n’ont d’ailleurs pas hésité une seul seconde à installer un contrôle parental pour annihiler toute pulsion d’achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *